Un laboratoire sur la lagune de Oualidia
Dénomination de l’œuvre :R.S.S.L STATION OUALIDIA
Maître de l’ouvrage : INRH
Superficie du terrain : 900 m2
Situation : Oualidia route de Safi
Zone : Urbaine
Superficie couverte : 1000 m2
Nombre d’étage : RDC + 2 étage
Destination de l’œuvre : Laboratoire,administration, logements
Coût global de l’œuvre : 3,5 MDh
Date de démarrage des travaux : Juillet 96
Date de fin des travaux :Novembre 97

  • “La petite commune de Oualidia connue pour sa belle lagune et ses bassins d’huîtres vient d’accueillir un bâtiment remarquable dont les habitants sont fiers. Un programme scientifique abrité dans un volume pur et minimaliste qui redonne regain et fraîcheur à ce village de pêcheurs et de flâneurs.” Maisons du Maroc - N°14 1998 page 93 

  • PRESSE

  • Grand prix de la Jeune Architecture Maroc 2000

     

    Un laboratoire sur la lagune de Oualidia  Grand prix de la Jeune Architecture Maroc 2000

    RETOUR

    “La petite commune de Oualidia connue pour sa belle lagune et ses bassins d’huîtres vient d’accueillir un bâtiment remarquable dont les habitants sont fiers. Un programme scientifique abrité dans un volume pur et minimaliste qui redonne regain et fraîcheur à ce village de pêcheurs et de flâneurs.” Maisons du Maroc - N°14 1998 - page 93

        Le site merveilleux avec la position du terrain sur une colline surplombant le lagune était l’atout majeur dont il fallait faire profiter l’œuvre. Donner à Oualidia un repère et bénéficier au maximum de la vue étaient des exigences qu’il ne fallait pas rater. S’ajoutait le cahier des charges assez complexe, puisqu’il s’agissait de faire cohabiter dans le même bâtiment de la recherche scientifique, de l’administration et de l’habitat, donc des laboratoires, des bureaux et des logements pour les chercheurs, les stagiaires de passage et le responsable permanent avec sa famille. Il fallait répondre à des contraintes fortement différentes tout en gardant une unité à cet ensemble de 1000 m2.

    Le bâtiment est conçue sur deux niveaux, dans un plan qui le divise en deux blocs, avec un vide à l’entrée sur toute la hauteur.
    Cette faille est fermée par un mur rideau, immense troué de la lumière dont profite toute la station.
    Voir le projet

    Les ouvertures, quelques unes en occlus, le percement de l’acrotère, les couleurs utilisées à l'intérieur, avec comme dominante le bleu marine, l’escalier en colimaçon dans le style navire avec des rambardes en métal bleuté, tout ceci à un Atlantique pacifié dans cette immense lagune, font que ce centre halieutique s’intègre complètement dans son environnement marin jusqu’à en être une métaphore.

    L’axialité et la symétrie trop parfaites, sont brisées à l’intérieur par la passage des planchers des premiers et second niveaux. Ils viennent comme une passerelle, reliant les deux parties, en biais cassant ainsi l’orthogonalité. Le mouvement est tourné vers l’océan dynamisant, tout le bâtiment. Sur les deux ailes en façade, un renflement dont la courbe s’accole à l’édifice sur deux niveaux, du rez-de-chaussée au premier étage. C’est autant de surface récupérée pour les laboratoires, et au deuxième étage, pour le logement, l’espace est utilisé comme terrasse.
    Les circulations verticales se font par deux escaliers, l’un public visible dés l’entrée dessert l’administration et les laboratoires. En colimaçon, complètement ouvert, accolé seulement sur une petite tranche au mur, celui-ci s’arrête au premier étage.
    L’autre, dans le fond du bâtiment sert pour le privé, il mène aux studios des passagers et au logement du responsable. Celui là va du rez de chaussée à la terrasse de l’immeuble.
    Ce petit édifice moderne, net et bien fini n’a coûté que 3 200 dh le m2 . Il est la preuve que même avec des moyens limités, une architecture de qualité peut voir le jour. Ceci n’est possible qu’avec le talent, bien sûr, mais aussi la pugnacité et l'exigence de la maîtrise d’œuvre.

    RETOUR